CES GLUCIDES QUI MENACENT NOTRE CERVEAU

Extrait tiré du livre  » CES GLUCIDES QUI MENACENT NOTRE CERVEAU: Pourquoi et comment limiter gluten, sucres et glucides raffinés  » du Dr David Perlmutter, neurologue. Livre de poche

Page 102

TOUS DÉPENDANTS

Les industries agroalimentaires d’aujourd’hui – y compris les sociétés de bioingénierie génétique – nous permettent de cultiver des céréales qui contiennent jusqu’à quarante fois plus de gluten que les variétés employées il y a encore dizaines d’années A vous de deviner si elles ont été conçues pour augmenter les rendements, pour répondre aux attentes des consommateurs ou les deux. Quoi qu’il en soit, une chose est sure: on observe aujourd’hui une véritable dépendance chez les personnes qui absorbent ces céréales riches en gluten. Si après avoir mangé un bagel, un petit pain au lait, un beignet ou un croissant vous sentez monter en vous une sensation de plaisir, vous ne rêvez pas et, croyez-moi, vous n’êtes pas un cas isolé. Depuis la fin des années 1970, nous savons que le gluten se dégrade dans l’estomac pour former un mélange de polypeptides capables de franchir la barrière hémato-encéphalique et de se fixer ensuite sur les récepteurs cérébraux de la morphine, provoquant une sensation de plaisir. C’est à ces mêmes récepteurs que se lient les opioïdes, induisant un effet agréable pouvant toutefois générer une dépendance. Le Dr Christine Zioudrou et ses collègues des National Institutes of Health (Instituts américains de la santé), auxquels on doit la découverte de l’activité opioïde de ces polypeptides, leur ont donné le nom d’exorphines », dérivé des mots exogeme et morphine, par opposition aux endorphines, des antalgiques naturellement sécrétés par l’organisme ». Plus intéressant encore, nous savons que l’activité de ces exorphines peut être stoppée par la naloxone et la naltrexone, des inhibiteurs des opioides endogènes et exogènes – utilisés dans les traitements contre les addictions à l’héroiïne, à la morphine et à loxycodone

Dans son livre intitulé Pourquoi le blé nuit à votre santé, le Dr William Davis décrit parfaitement ce phénomène:«Lorsque le blé est digéré, il se dégrade pour donner des composés ayant les mêmes effets que la morphine. Ces composés se fixent sur les récepteurs aux opiacés dans le cerveau, générant une légère euphorie. Quand leur action est bloquée ou que vous ne consommez plus d’aliments produisant des exorphines, vous pouvez ressentir comme un état de manque fort déplaisant.> Vous comprenez maintenant pourquoi les industries agroalimentaires incorporent le plus de gluten possible dans leurs produits. Vous concevez également pourquoi autant de personnes sont complètement accros aux aliments riches en gluten – ce qui explique, d’une part, le nombre de plus en plus important de sujets souffrant d’inflammation et, d’autre part l’épidémie d’obésité que nous connaissons actuellement. Nous savons tous que le sucre et l’alcool procurent une sensation de bien-être et, de ce fait, poussent à la consommation. Mais qu’en est-il exactement des aliments contenant du gluten? Du pain complet que vous mangez à chaque repas et des céréales que vous prenez au petit-déjeuner? Le fait que le gluten puisse agir sur notre cerveau, et plus précisément sur les centres impliqués dans le plaisir et l’addiction, est certes étonnant, mais aussi prouvent que si ces aliments sont des agents perturbateurs du cerveau, nous devons revoir leur classification. Lorsque je vois des personnes dévorer des glucides à teneur très élevée en gluten, je ressens la même chose que si je les regardais se servir un cocktail à base d’essence. Le gluten est pour nous ce que le tabac représentait pour les générations qui nous ont précédés. L’intolérance au gluten est un fléau beaucoup plus important qu’il y parait, puisque ce composé peut insidieusement endommager notre organisme et qu’il se cache là où on l’attend le moins. Il est partout: dans les assaisonnements, les condiments, les cocktails, les glaces, et effrayant. Car cela signifie études scientifiques -comme le même dans les produits cosmétiques, notamment les crèmes pour les mains, Il se dissimule également dans les soupes, les édulcorants, les produits à base de soja, dans certains compléments alimentaires ou produits pharmaceutiques de marque.

Poster un Commentaire

avatar
Fermer le menu
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    ×
    ×

    Panier