Alimentation ancienne & moderne

Nos lointains ancêtres étaient des nomades, cueilleurs/chasseurs. Ils mangeaient de la viande, du poisson, des œufs, du miel, des céréales sauvages, des légumes sauvages et des fruits. Le seul lait qu’ils buvaient était celui de leur mère et seulement pendant la petite enfance.

Ce qui a changé dans notre alimentation moderne :

1/ La consommation de céréales domestiques

2/La consommation de laits animaux

Contrairement à ce qui était admis, le lait animal est source de nombreuses maladies dégénératives ou dites « de civilisation ».  Sa composition parfaite pour le bébé de sa race, est incompatible avec l’alimentation d’un bébé humain et à plus forte raison, de l’adulte qui ne possède plus de lactase pour digérer même le lactose de sa propre espèce. Les laits animaux provoquent l’acidification de l’organisme malgré un Ph proche de la neutralité (6.6 à 6.8). Ils sont incriminés dans les maladies des articulations, le diabète, la sclérose en plaque, maladies du rein, migraines, maladies de Crohn, du colon, les accidents cardio-vasculaires, les infections gastro-intestinales et ORL, maladies inflammatoires, cancers….

Selon le Comité américain des Médecins pour une Médecine Responsable (PCRM), le fromage est addictif, au même titre que le tabac ou l’héroïne. En 1981, une étude menée par les Wellcome Research Laboratories a découvert que le lait contiendrait de la morphine. Plus précisément, il contient de la caséine, une protéine qui se divise durant la digestion et génère des opiacées (un type de substance contenu dans l’opium ou ayant un effet similaire), les casomorphines. Selon le PCRM, l’une d’entre elles posséderait un dixième du pouvoir analgésique de la morphine. Remis dans son contexte, cela se comprend : ces substances, contenues dans le lait maternel, ont un effet relaxant et réconfortant pour le nourrisson, et pour conséquence l’attachement du bébé à la tétée.

Les casomorphines sont des peptides provenant de la dégradation de la caséine du lait par des protéases.
La digestion libère ces peptides lors de la dégradation enzymatique du lait et contribue à expliquer les propriétés apaisantes de ce dernier.
Les enfants autistes ont un taux significativement plus élevés de casomorphine 1-7 dans l’urine que les enfants normaux. D’ailleurs, la sévérité des symptômes autistiques est corrélée aux concentrations de cette casomorphine.

3/ La cuisson de nombreux produits

4/La préparation des huiles     

5/La pollution alimentaire

Poster un Commentaire

avatar
Fermer le menu
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    ×
    ×

    Panier