Les différents régimes

Végétarien

Ne mange pas de viande ni de poisson, mais accepte les sous-produits animaux, lait, œufs, miel…

Végétalien

Ne mange aucun produit ni sous-produit animal avec la branche végan qui refuse le cuir, la laine, la soie, ne fréquente pas les zoos… leur motivation première (comme chez les végétariens) est le plus souvent éthique et écologique. Le problème souvent réside dans la compensation en grande quantité de féculents, céréales et légumineuses.

Crudivore  

Avec toute la palette existante, de ceux qui mangent ou pas de la viande ou du poisson cru, ceux qui mangent ou pas des légumineuses germées, ceux qui mangent les fruits et les légumes dans des proportions très différentes…

Lacté

Les nomades consomment la viande de leurs troupeaux, ainsi que le lait parfois mélangé à du sang (chez les Masaïs, qui font des saignées régulièrement à leurs vaches sans les mettre à mort pour une question nutritionnelle et spirituelle). Comme pour les tribus du grand nord qui ne se nourrissaient que de viande, de lait des rennes, de poisson gras, les nomades consomment également quelques plantes sauvages et baies particulièrement concentrées en nutriments, et correspondant à plusieurs fois leur équivalent en plantes cultivées.

Macrobiotique, céréalien

L’abus d’amidon provoque l’épaississement du sang et acidifie l’organisme.

Frugivore, fruitarien

Certains fruitariens ne consomment que les fruits tombés de la plante, y compris noix et graines, d’autres ajoutent le miel et l’huile d’olive, les haricots, les légumineuses et le chocolat. Ils peuvent souffrir de certaines carences, en Vit D ou B12

Hygiéniste

Celui que je suis, avec une évolution récente vers le crudivorisme en suivant mes besoins réguliers de cuisson, de chaleur (toujours à l’étouffée) ainsi que la vie de ma famille qui ne partage pas complètement mon point de vue alimentaire. Je me suis beaucoup inspirée du livre du Dr Seignalet, « L’alimentation ou la 3eme médecine » et j’y inclus souvent, quand je le peux, les recommandations données par Irène Grosjean lors de ma consultation.

Hygiéniste dissocié

Dissocier les aliments permet de les digérer plus facilement mais rend l’assimilation des nutriments difficile.  Ce qui en fait, un régime à suivre ponctuellement pour mettre le système digestif au repos.

Il est question aussi des régimes cétogènes, paléo et GAPS Gut and Psychology Syndrome (du Dr N. Campbell Mc Bride)

Ils ont pour point commun de réduire au maximum les féculents et céréales et d’insister fortement sur les graisses de bonne qualité. Je m’y intéresse beaucoup en ce moment, dans ma quête à découvrir la cause des troubles alimentaires.  Dans son livre, « Le syndrome entéropsychologique » à partir de la p 297, un chapitre est dédié à ce thème. Elle y donne des conseils très judicieux par rapport à la pathologie mais me semblent difficilement accessibles au patient seul. Dans ses pages, les conseils s’adressent à la personne accompagnante, ou au soignant qui va s’occuper du patient. J’y ai tout de même trouvé ce qui me semble être la clef de la maladie : des intestins poreux qu’il faut réparer, un microbiote à rééquilibrer. Comme pour beaucoup de maladies de « civilisation ».

Poster un Commentaire

avatar
Fermer le menu
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    ×
    ×

    Panier