Facteurs de la digestion

La digestion implique des facteurs mécaniques et chimiques.

Aspect mécanique

Tube digestif de sept mètres avec sphincters à chaque extrémité.

  • mastication pour libérer les enzymes des aliments
  • ouverture coordonnée des sphincters
  • progression du bol alimentaire par péristaltisme
  • système régulateur en fonction de l’aliment
  • imprégnation du bol alimentaire par des sécrétions digestives (enzymes)
  • mises en contact des nutriments avec les surfaces absorbantes.

Aspect sécrétoire

C’est l’action des enzymes, de l’eau, et des différents pH mis en œuvre.

Aspect absorbant

L’absorption des nutriments se fait au niveau de l’intestin grêle et du côlon.

La chimie de la digestion

1/ Les enzymes

Synthétisées par le système digestif, elles ont pour rôle de transformer des molécules complexes en molécules simples, facilement assimilables par l’organisme. Pour cela, elles clivent des liaisons chimiques spécifiques. Elles sont principalement de trois types :

  • protéases (qui clivent les protéines) ;
  • amylases (qui clivent les glucides) ;
  • lipases (qui clivent les lipides).

Quelques exemples :

Enzymes digestives de la salive :

L’alpha-amylase digère l’amidon, et le clive en maltose et dextrine.

Enzymes digestives de l’estomac :

La pepsine clive les protéines en peptides en coupant les liaisons peptidiques impliquant des acides aminés (tryptophane, phénylalanine, tyrosine). Elle n’agit qu’à pH de 1.7 à 2.

La trypsine participe à la digestion des protéines.

Enzymes digestives intestinales :

L’amylase pancréatique clive l’amidon des végétaux en maltose.

La maltase hydrolyse le maltose en glucose

Les sucrase, lactase, isomaltase agissent respectivement sur le sucrose, le lactose, le maltose et l’isomaltose.

La lipase pancréatique clive les triglycérides en glycérol et acides gras.

 2/ Le substrat

« Chaque organisme recèle une somme inimaginable de composés biochimiques, infiniment variés, nommés substrats. Ils vont, de ci, de la, à travers le milieu interne en tant qu’éléments indispensables à quelque processus vital. S’ils passent à côté d’une enzyme, le centre actif les capte aussitôt, mais à la condition qu’ils s’adaptent exactement à la forme précise de son ouverture : si c’est le cas, le substrat capté et l’enzyme forment, pendant un très bref instant, une unité au cours de laquelle la réaction biochimique spécifique à cette enzyme s’accomplit. Ce sont là des usines biochimiques dont l’activité enzymatique tourne en continu. »

3/ Les co-enzymes

(Cf : Les enzymes-santé, Dr Sven Neu et Ransberger, Ed Jouvence, p 29 et 30)

« Notre corps produit d’ailleurs sans relâche et en masse ces plus de 2500 enzymes différentes, avec une petite restriction : il nous manque pour façonner le centre actif de certaines de ces enzymes un élément nécessaire à la perfection du moule. Il nous faut une pièce complémentaire appelée co-enzyme……Nous devons donc ingérer la matière première des co-enzymes avec notre nourriture…… En cas de manque prolongé de ces matériaux, nous pourrions même mourir. Il s’agit des vitamines, oligo-éléments et minéraux… »

« Le substrat ne s’adapte à l’enzyme que si son centre actif a été complété par une co-enzyme »

Qualité de l’alimentation

Elle devrait comprendre beaucoup de cru (bien mâché) de façon à faciliter la digestion et capter un maximum de vitamines et minéraux, qui vont activer les enzymes. De même, en faisant germer plus ou moins les céréales et les légumineuses, on augmente alors leur teneur en vitamines, enzymes et oligo-éléments. On les fait tout d’abord tremper un certain nombre d’heures (spécifique à chacune) afin de supprimer l’inhibiteur d’enzyme et l’acide phytique qui empêchent l’absorption optimale de vitamines et minéraux importants pour l’organisme.

Il est recommandé de changer son alimentation progressivement. La proportion de chaque catégorie de l’alimentation « conventionnelle » devrait être inversée. Placer les aliments crus et végétaux dans les proportions de plus en plus élevées, alors que les produits et sous-produits animaux seront diminués d’autant et même pour certains, supprimés. Il est recommandé de réduire au maximum toutes les boissons fermentées, ainsi que le café, le thé, le chocolat, qui constituent, avec la nicotine du tabac et la cocaïne, la morphine, etc. Le groupe des alcaloïdes appelés « poisons overtoniens », du nom du biologiste Overton.

0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments