L’affaire « Médiator »

Légèrement » agacée par l’amalgame qui est fait entre ces 2 médicaments que sont le Médiator et le Baclofene, je décide de mettre les choses au point.

L’addiction est une maladie grave qui mène à d’autres maladie toutes aussi graves. L’addiction au sucre, au sucre+gras, mène aux cancers, au diabète, aux maladies métaboliques, digestives et est impliquée plus généralement dans toutes les maladies  » de civilisation ».

La sensation de faim est une sensation normale (comme la soif). Le problème arrive lorsque cette sensation de faim se superpose à la maladie addiction.

Un article qui date un peu mais qui est toujours d’actualité:

Le Baclofene ne fait pas maigrir, il ne coupe pas la faim, il soigne une addiction. De la même façon qu’il soigne l’addiction à l’alcool avec succès (si bien prescrit et bien accompagné).

Médiator

« Pendant 33 ans, de 1976 à 2009, le Mediator® bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché en France et est commercialisé par les laboratoires Servier. Ce médicament est autorisé chez les personnes en surcharge pondérale atteintes de diabète de type 2. Toutefois, ce traitement aux propriétés anorexigènes (diminuent l’appétit) a surtout été détourné et prescrit comme coupe-faim.  » https://sante.journaldesfemmes.fr/quotidien/2565312-mediator-medicament-servier-indication-proces-2019/

Profitons en déjà pour rappeler que les TCA (troubles alimentaires) ne sont pas un problème de faim mais d’addiction, de pulsions irrépressibles qui poussent à consommer même en sortant de table, après un repas important.

Et surtout après des émotions négatives ou même positives. La sensation de faim est une émotion négative pour beaucoup de personnes qui vivent dans le surpoids et les régimes depuis longtemps.

Donner un coupe faim à des personnes qui ont une addiction à la malbouffe (sucre+gras), c’est comme chercher à donner un « coupe-soif » à un alcoolique. Cela n’aurai aucun sens même si ça existait.

Des explications:

Les laboratoires qui arrosent le plus les médecins.

Servier, en 2eme position. Voila comment ils ont été capables de « fourguer  » leur médicament pour une mauvaise indication à des milliers de gens désespérés par leur surpoids. Par l’intermédiaire de médecins poussés par des représentants médicaux. Des médecins qui n’ont pas dans leur cursus de véritables connaissances sur ce qu’est l’addiction. Et qui continuent de croire que cette maladie est d’ordre psychologique.

https://www.capital.fr/economie-politique/les-laboratoires-pharmaceutiques-qui-arrosent-le-plus-les-medecins-et-les-medecins-les-plus-arroses-1020396

Désormais, il y aura beaucoup moins de visiteurs médicaux

Le ton n’est plus le même face aux médecins. Avec les révélations sur le Mediator, les visiteurs médicaux n’ont plus le vent en poupe. Pourtant, la direction de Servier misait sur ces VRP des nouveaux médicaments. Fin 2010, Libération révélait que les laboratoires avaient pratiqué, depuis les années 1970, une communication médicale « massive, ultra-rodée et parfois tendancieuse ». Un ex-visiteur médical du groupe racontait à franceinfo, quatre ans plus tard, qu’il avait l’obligation de démarcher sept médecins par jour. « On s’appelait visiteurs médicaux, mais nous étions avant tout des commerçants », témoignait-il. « Dans le réseau Servier, les belles filles, les blondes aux yeux bleus comme moi étaient plus facilement recrutées », rapportait une autre ancienne visiteuse médicale dans Le Figaro, en 2012.

« Les visiteurs médicaux de Servier étaient les plus agressifs, les plus virulents. Ce sont les seuls que j’ai foutus dehors », confirme à Franceinfo Bernard Becel, médecin généraliste qui a animé, jusqu’en 2005, un réseau d’observateurs de la visite médicale pour la revue Prescrire. Aujourd’hui, les avantages et rémunérations versés par Servier aux professionnels de santé n’ont pas disparu, mais ils ont nettement diminué, comme on peut le constater sur la base de données publique Transparence Santé. Et le nombre de visiteurs médicaux a fondu au sein du groupe pharmaceutique. En octobre 2016, 615 postes ont été supprimés en France dans le marketing médical, soit 90% des effectifs de ce service.

Les laboratoires Servier accusés de tromperie

https://www.francetvinfo.fr/sante/affaires/affaire-mediator/mediator-les-laboratoires-servier-accuses-de-tromperie_3733079.html

Et le Baclofene dans tout ça?

Le seul tort est qu’on peut lui reprocher, c’est qu’il a lui aussi une 2eme indication, comme le médiator. Un vieux relaxant musculaire qui possède une autre propriété, sur le circuit de la récompense, dans le cerveau. De nombreux médicaments possèdent des indications dans plusieurs maladies.

0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments