4. Système digestif

Intestins poreux – Acides aminés – Equilibre acido-basique

Ils peuvent être impliqués dans le phénomène de l’addiction.

A/ Intestins poreux

Comment savoir ?

Si votre intestin est poreux, il va souffrir d’une perte d’étanchéité au niveau de la muqueuse et va de ce fait, permettre une entrée massive de molécules qui ne devraient pas passer.

Les perturbations s’exprimeront dans le meilleur des cas sous la forme de troubles fonctionnels (diarrhées, constipation), jusqu’au pire, sous la forme de maladies auto-immunes, lorsqu’on laisse le souci s’installer.

Les maladies auto-immunes touchent le système digestif lui-même mais peuvent aussi concerner la peau, les articulations, les tendons, les muscles, la thyroïde, les poumons, le système nerveux, etc.. L’hyper perméabilité intestinale est retrouvée dans toutes les pathologies suivantes, même si ce n’est pas le seul mécanisme en jeu car ce sont le plus souvent des pathologies multifactorielles, mais il doit absolument être pris en considération.

Les premiers symptômes de l’intestin poreux

  • Allergies,
  • Apathie, Fatigue chronique
  • Constipation et/ou Diarrhée
  • Douleurs abdominales
  • Douleurs au cou, épaules, dos et articulaires
  • Ecoulement nasal persistant
  • Enurésie
  • Flatulences malodorantes, Selles nauséabondes, Mucus dans les selles
  • Ballonnements
  • Fringales chroniques / Fringales sucrées
  • Foie fatigué
  • Grincements des dents pendant le sommeil
  • Nervosité, Irritabilité
  • Toux sèche nocturne
  • Problèmes de peau Ongles rongés
  • Troubles de la mémoire, Troubles du sommeil

Les causes de ce dysfonctionnement de l’intestin :

  • Une alimentation pauvre en fibres mais riche en acides gras et en sucre
  • L’excès de sucres raffinés (pain blanc, sodas, bonbons, gâteaux)
  • L’aspartame
  • La caféine et l’alcool : ils sont acidifiants et donc irritants pour la muqueuse intestinale
  • L’intolérance au lactose qui induit une déficience enzymatique
  • Les moisissures et les mycotoxines des fruits non lavés
  • Les engrais, les pesticides, les métaux lourds
  • Les produits chimiques tels que colorants, conservateurs, graisses hydrogénées, agents de texture et de saveur
  • Les antibiotiques à répétition : ils aident au développement d’une flore indésirable (parasites, mauvaises bactéries, candida albicans)
  • La chimiothérapie, la radiothérapie
  • La constipation chronique / l’abus de laxatifs
  • Le stress : production excessive d’acides …

B/ Les acides aminés

Je recommande le livre de Julia Ross, “Libérez-vous des fringales, rééquilibrez la chimie de votre cerveau” pour avoir toutes les informations complémentaires, dosages etc.

Le corps humain est composé de 20% de protéines. Les protéines ont un rôle décisif dans pratiquement tous les processus biologiques. Les protéines sont d’infimes molécules constituées d’acides aminés. Les acides aminés sont le fondement de tous les processus vitaux, car ils sont absolument indispensables à l’intégralité des processus métaboliques. Leur tâche principale consiste à assurer :

• le transport optimal

• le stockage optimisé de toutes les substances nutritives (c-à-d. de l’eau, des lipides, des glucides, des protéines, des minéraux et des vitamines).

La plupart des maladies liées au style de vie moderne telles que l’obésité, un taux élevé de cholestérol, les troubles comportementaux, le diabète, l’insomnie, les dysfonctions érectiles ou bien encore l’arthrite sont attribuables à des troubles métaboliques de base.

Malheureusement, un apport suffisant en acides aminés n’est pas toujours assuré, en raison notamment de la dégradation qualitative de nos habitudes alimentaires. Un grand nombre de facteurs de la vie quotidienne empêchent notre corps de se fournir de manière globale et équilibrée en substances vitales. Ces facteurs sont notamment les impacts environnementaux négatifs causés p. ex. par la combustion des carburants, les déchets hormonaux des animaux d’élevage, l’utilisation intensive d’engrais agricoles, et en grande partie aux habitudes quotidiennes comme le tabagisme et la consommation d’alcool. Un facteur supplémentaire aggravant contribuant aux déficits nutritionnels dans l’alimentation est la manipulation industrielle des aliments, c’est à dire des modifications allant de la récolte à la consommation de ces produits dans notre assiette. En fournissant à l’organisme des nutriments de façon optimale, les acides aminés aident à équilibrer les pertes nutritives, et contribuent ainsi à la santé du corps et à la vitalité de haut niveau. En fait, tout l’ensemble du bien-être est dépendant d’eux.

Pour cette raison, une supplémentation en acides aminés peut être conseillée.

Elle est à personnaliser avec le naturopathe et avec accord du médecin. Les symptômes de carences sont définis en répondant à un questionnaire détaillé.

Un neurotransmetteur (ou neuromédiateur) est une molécule chimique qui assure la transmission des messages d’un neurone à l’autre, au niveau des synapses.

La molécule libérée par un neurone lors d’une stimulation se fixe à un récepteur sur un autre neurone, ce qui entraîne la transmission de l’influx nerveux, ou à un récepteur sur une cellule cible, ce qui entraîne divers effets dans un organe.

Exemples de neurotransmetteurs : l’acétylcholine, l’adrénaline, la noradrénaline, la dopamine, la sérotonine, l’histamine, le glutamate, les neuropeptides…Le système nerveux a besoin de certains matériaux, pour fabriquer les neurotransmetteurs qui nous permettent de ressentir ces sensations de bien-être et de bonheur.

La sérotonine :

La sérotonine est un neurotransmetteur essentiel du cerveau qui influence de façon positive le comportement et l’humeur.

La sérotonine est fabriquée à partir d’un acide aminé, le tryptophane, Certains neurones transforment le tryptophane en 5-hydroxytryptophane (5-HTP) qui est ensuite converti en sérotonine.

La sérotonine a une action sur de nombreuses régions du corps mais c’est dans le cerveau qu’elle intervient particulièrement : sur l’humeur, l’appétit, le sommeil, mais également dans plusieurs processus, tels que : la thermorégulation, le cycle veille-sommeil, la perception de la douleur, le comportement alimentaire et sexuel.

La dopamine :

Elle est le précurseur de l’adrénaline et de la noradrénaline, deux hormones qui sont également considérés comme des neurotransmetteurs agissant comme régulateurs de l’humeur, du métabolisme et comme stimulants du système nerveux et de la circulation sanguine.

Une déficience ou un excès en dopamine est relié à des pathologies comme la maladie de Parkinson ou des phénomènes de dépendance aux drogues.

Acides aminés précurseurs de la sérotonine et de la dopamine

Toujours demander un avis médical, surtout si :

• insuffisance rénale

• insuffisance hépatique

• grossesse

• allaitement

• trouble bipolaire

Pour chaque carence suspectée dans les réponses au questionnaire, on peut tenter sur une période de 1 à 3 mois. Au-delà, c’est que l’acide est inefficace pour votre cas.

Tryptophane

Cet acide aminé essentiel est utilisé pour la production de la vitamine B3 (niacine) et est également converti en 5-HTP, des molécules assez petites pour passer du sang au cerveau, où elles sont transformées en sérotonine, ce neurotransmetteur essentiel du système nerveux. Un repas riche en glucides et faible en protéines engendre une concentration élevée de L-tryptophane3 et son passage à travers la barrière hémato-encéphalique du cerveau. Le L-tryptophane y est transformé en sérotonine, puis en mélatonine, deux substances qui contribuent au bon sommeil. Cette transformation nécessite la présence obligatoire de vitamine B6 en quantité suffisante.

À l’inverse, un repas trop riche en protéines nuit au sommeil car cela peut provoquer une concentration sanguine plus élevée de tyrosine4,5, un acide aminé qui sert à la fabrication de la dopamine, neurotransmetteur associé à l’activité motrice et à l’agressivité. Le 5-HTP est prescrit sous forme de supplément contre la dépression, l’insomnie ou pour favoriser la perte de poids.

C’est pour cette raison qu’on recommande de manger les protéines plutôt le midi, et les céréales le soir.

On le trouve en particulier dans le riz complet, la viande, les arachides, les protéines de soja (tempeh, tofu…), les œufs, le poisson, les légumineuses.

Glutamine

La L-glutamine est un supplément d’acide aminé parmi les plus populaires pour de nombreuses raisons. Il est utile pour traiter la fatigue et la dépression.

L’acide glutamique, qui est dérivé de la glutamine, est essentiel pour le fonctionnement du cerveau. En période de stress, votre corps utilise d’énormes quantités de glutamine. La glutamine est également efficace pour lutter contre envies de sucre et d’amidon.  La glutamine est le plus abondant de tous les acides aminés. La viande (si consommée), le poisson, les céréales complètes bio si possible sans gluten, sarrasin, millet, quinoa, riz…. et les légumineuses sont de bonnes sources de glutamine. Les épinards, le persil cru et le miso en contiennent également. Une carence peut se produire dès lors que vous cumulez plusieurs des causes sans oublier qu’un stress physiologique extrême causé par un accident grave, des brûlures importantes, une intervention chirurgicale ou une maladie grave peuvent provoquer un manque de glutamine par rapport aux réels besoins.

Phénylalanine

Il s’agit d’un acide aminé essentiel qui ne peut être fabriqué par le corps. La phénylalanine est utilisée pour produire de la tyrosine (voir ci-dessous), et affecte directement l’humeur et l’énergie. Les suppléments de phénylalanine sont utilisés pour traiter la fatigue, la dépression, le syndrome prémenstruel (SPM), les problèmes de fringales, les excès alimentaires et la douleur chronique. Sous forme de suppléments, vous pouvez utiliser de la D-phénylalanine, de L-phénylalanine, ou DL-phénylalanine. La première est particulièrement utile pour soulager la douleur, la seconde est efficace, mais légèrement plus stimulante et la troisième est une combinaison des deux premières formes.

Tyrosine

Cet autre acide aminé est un précurseur de l’adrénaline, la noradrénaline, la dopamine et la DOPA. Des neurotransmetteurs et hormones ayant un rôle important au niveau du système nerveux, de l’humeur, de la stimulation du métabolisme, de la régulation de l’appétit et du bon fonctionnement de la glande thyroïde.

Les amandes, avocats, bananes, produits laitiers, fèves lima, graines de citrouille, et graines de sésame sont d’excellentes sources de tyrosine.

Il existe également la possibilité de consommer de la L-tyrosine sous forme de supplément. Les personnes sous traitements à base d’inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO) (prescrits dans les cas de dépression) doivent limiter leur consommation de tyrosine au minimum et s’abstenir d’en consommer sous forme de suppléments.

Une déficience en tyrosine peut être associée à des symptômes tels qu’une basse pression sanguine et un abaissement de la température corporelle.

La tyrosine et la phénylalanine peuvent-être utilisées en conjonction. Certaines personnes bénéficient davantage de l’une ou l’autre forme, il est utile de les utiliser ensembles de manière à trouver le juste équilibre qui vous conviendra.

Un bon moyen d’agir positivement sur notre sensation de bien-être et notre humeur est de nous assurer d’un apport suffisant en tryptophane et en tyrosine.

Le GABA est un acide aminé connu pour son importance dans le fonctionnement du système nerveux. GABA, un neurotransmetteur inhibiteur il a une fonction relaxante essentielle

L’acide gamma-amino-butyrique, nommé plus couramment GABA, est une molécule indispensable que l’on retrouve naturellement chez l’Homme. Il constitue le principal neurotransmetteur inhibiteur de l’organisme, c’est-à-dire qu’il joue un rôle essentiel pour réguler l’activité des neurones. Il permet notamment de diminuer l’excitation des neurones et d’éviter une excitation prolongée. En plus de jouer un rôle essentiel dans le fonctionnement des neurones, le GABA intervient également pour favoriser le développement de certains neurones.

Si certaines situations nécessitent une excitation des neurones, il est essentiel de pouvoir contrôler cet état d’excitation et de le limiter à de courtes périodes. En effet, l’excitation des neurones entraîne de nombreux phénomènes au sein de l’organisme comme une tension artérielle élevée. D’une manière générale, une activité importante des neurones peut se manifester par un état d’anxiété ou de stress. Au niveau du cerveau, cela se traduit par un équilibre précis entre des neurotransmetteurs inhibiteurs comme le GABA, et des neurotransmetteurs possédant une fonction excitatrice. Cela est notamment le cas de l’acide aminé glutamate. Les effets de ce composé doivent donc être contrebalancés par l’action de GABA. Néanmoins, certaines personnes présentent un déséquilibre entre le GABA et le glutamate, à l’origine de dysfonctionnements au sein de l’organisme. Cela pourrait notamment être impliqué dans la survenue de crises d’épilepsie ou l’apparition d’une ischémie cérébrale. Cette dernière est due à un apport insuffisant en oxygène au niveau du cerveau.

Le stress et l’anxiété, ennemis redoutables de notre organisme.

En raison de son action relaxante, le GABA est présenté comme un allié précieux contre le stress. Souvent mis en cause dans la société moderne, le stress désigne un ensemble de réponses de l’organisme face à des contraintes extérieures. Il existe de nombreux facteurs de stress qui peuvent être perçus de manière très différente par chaque individu. Ce stress peut être positif mais peut également avoir des effets négatifs comme de l’agitation, de l’irritation, de l’inquiétude, une baisse de moral, des tensions musculaires ou encore des troubles digestifs et respiratoires. Quand le stress devient trop important, un état d’anxiété apparaît. Cet état anxieux se manifeste notamment par des sentiments de peur, d’inquiétude, ou de crainte. En l’absence de solutions adéquates, l’anxiété peut engendrer certains troubles et certaines complications. Chez certaines personnes, les troubles de l’anxiété peuvent conduire à certaines formes de dépression, un état d’alcoolisme ou un besoin de sucre. Il est important de pouvoir lutter contre ces effets dès l’apparition des premiers symptômes.

Les effets sédatif et anxiolytique de Gaba

Grâce à ces effets positifs contre le stress et l’anxiété, le GABA présente également des bienfaits pour la relaxation, l’humeur ou encore le sommeil. Afin de lutter contre les effets du stress et de l’anxiété, il est important de maintenir le GABA dans des niveaux adéquats au sein de l’organisme. Si le GABA est naturellement synthétisé dans le corps à partir du glutamate, ce composé voit sa concentration dans l’organisme diminuer au fil des années. Par conséquent, les niveaux en GABA diminuent.

En cas de dénutrition importante, un complexe d’acides aminés peut être proposé.

C/ Equilibre Acido-Basique

Liste des aliments acidifiants et basifiants dans les fichiers

Après avoir parcouru cette liste, schématiquement on comprend que les aliments acidifiants sont bien plus courants dans l’alimentation occidentale que les aliments alcalinisants. Comme dans une piscine, si l’équilibre acide-base n’est pas respecté, l’eau « tourne ».

On peut utiliser des papiers réactifs (ou papiers de tournesol), vendus en pharmacies ou dans les boutiques de produits naturels. Ces papiers changent de couleur en fonction du pH des liquides dans lesquels ils sont trempés. Si votre urine est acide, il faut absolument modifier votre alimentation.

Consulter un médecin est évidemment très recommandé.

Il ne s’agit pas de ne plus manger d’aliments acidifiants, c’est impossible et non recommandé, mais de consommer une proportion de 65 % d’aliments alcalins et de 35 % d’aliments acidifiants pour maintenir le pH urinaire entre 6,5 et 7,5 — bien que certains problèmes de santé puissent exiger une proportion plus élevée d’aliments alcalifiants (jusqu’à 80 %).

Comme leur nom l’indique, les aliments acidifiants (l’acide brûle) favorisent les maladies inflammatoires. L’obésité en fait partie, les troubles comportementaux aussi, ainsi que toutes les maladies en « ite »

La viande et la plupart des aliments qui contiennent beaucoup de protéines engendrent des acides lorsqu’ils sont dégradés par l’organisme et éliminés par les reins. Ces acides très puissants sont, entre autres, l’acide sulfurique et l’acide phosphorique. La neutralisation et l’élimination de ces acides font appel à un système très performant du corps humain. En excès, les protéines mobilisent de façon excessive les réserves minérales, qui sont capables de neutraliser ces acides. Cela peut même mener à la déminéralisation des os et des dents. La consommation de protéines est largement surestimée de nos jours. Elle ne devrait pas dépasser 10 à 15 % de la dose alimentaire. C’est le pourcentage de protéines contenu dans le lait maternel, aliment prévu pour l’Humain au moment où il a le plus besoin de se construire.

On doit juste veiller à limiter la quantité absorbée, surtout pour les protéines provenant des viandes.

Les légumineuses, les produits laitiers et les noix contiennent aussi des protéines. Mais ce sont des aliments moins acidifiants parce qu’ils renferment aussi des sels alcalins comme le potassium, le calcium ou le magnésium. Quant aux légumes, qui sont alcalinisants, ils combinent une forte teneur en calcium, en magnésium et en potassium à une faible teneur en soufre et en phosphore.

En résumé :

Groupes d’aliments majoritairement alcalins :

  • Fruits
  • Légumes
  • Épices et fines herbes
  • Amandes et graines

Groupes d’aliments majoritairement acides :

  • Viandes et substituts (sauf noix et graines)
  • Laits et substituts
  • Pains et substituts
  • Produits transformés et desserts
  • Boissons contenant de la caféine
  • Alcool

Poster un Commentaire

avatar
Fermer le menu
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    ×
    ×

    Panier