Le baclofene, quelques explications

Ceci n’est pas un argumentaire  pour les médecins mais permet, schématiquement de comprendre et faire comprendre aux proches le fonctionnement de cette molécule.

« Le baclofène agit dans le cerveau au niveau du système de récompense. Lors d’une expérience agréable, ce réseau de neurones libère de grandes quantités de l’hormone de la récompense, la dopamine, qui maintient le besoin de renouveler cette expérience agréable. On sait que toutes les drogues qui créent une dépendance élèvent artificiellement la quantité de dopamine dans le circuit de la récompense. Les médicaments utilisés contre les addictions tentent donc de réduire la libération de dopamine en agissant sur les différents récepteurs qui assurent la communication entre les neurones. Dans le cas du baclofène, il s’agit des récepteurs dit GABA-B».

  Les récepteurs GABA et le Baclofène

  Le GABA et ses récepteurs

L’acide  amino-butyrique (GABA) est le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central. Il semble intervenir dans de nombreux processus physiologiques comme le sommeil ou  la mémoire.

Son rôle parait central dans les addictions. Le GABA peut en particulier inhiber l’activité tonique dopaminergique dans l’aire tegmentale ventrale et le noyau accumbens.

   Les récepteurs GABAergiques

Ils sont essentiellement de deux types, ayant des fonctions différentes, les récepteurs GABAA et GABAB.

Le récepteur GABAA est le plus répandu et le mieux connu. Il est formé de cinq sous unités, comprenant des sites de fixation, notamment pour les benzodiazépines, les barbituriques, ou l’alcool. Son action est rapide en régulant l’ouverture d’un canal chlorique.

Ce récepteur semble jouer un rôle important dans le développement d’une tolérance physiologique à l’alcool. En effet, la consommation chronique de boissons alcoolisées  peut à la longue, diminuer l’affinité du récepteur à l’éthanol et donc causer une certaine tolérance: la même quantité d’éthanol causerait des effets moindres.

Le récepteur GABAB est un hétéro-dimère, constitué de deux sous-unités et présentant deux isoformes se différenciant par leur fonction et leur localisation pré ou postsynaptiques. Ces deux populations de récepteurs sont largement distribuées dans le système nerveux central et dans les terminaisons périphériques autonomes.

   Action du baclofène

Le baclofène agit, comme le GABA, en agoniste du récepteur GABAB. Or ce récepteur est porté notamment par les neurones qui libèrent la noradrénaline, la sérotonine et la dopamine. Ces neuromédiateurs sont fortement impliqués dans le circuit de la récompense. Une augmentation de la libération de dopamine dans ce circuit correspond à une sensation de satisfaction.

Les drogues, amphétamine, cocaïne, héroïne, etc., mais aussi l’alcool, ou le sucre augmentent les quantités de dopamine dans les aires cérébrales du circuit de la récompense.

En inhibant les neurones qui libèrent la dopamine, le baclofène diminue la motivation à s’auto-administrer drogues, nicotine, alcool et sucre.

La capacité du baclofène à diminuer l’intérêt pour les drogues a été démontrée chez l’animal à partir des années 1980.

Poster un Commentaire

avatar
Fermer le menu
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    ×
    ×

    Panier